Trump dénonce "la plus grande chasse aux sorcières" de l'histoire américaine

A gauche le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov à droite Donald Trump bureau ovale Maison Blanche le 10 mai 2017

A gauche le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov à droite Donald Trump bureau ovale Maison Blanche le 10 mai 2017

Mais le président républicain a opté à l'aube pour un autre registre sur Twitter, traduisant sa volonté de souder sa base électorale, mais aussi son agacement face à l'accumulation des révélations.

La Maison blanche a démenti qu'il ait été demandé à James Comey ou à qui que ce soit de clore l'enquête sur Michael Flynn. L'ancien directeur Mueller est exactement l'homme de la situation.

Le président russe Vladimir Poutine a en quelque sorte proposé d'y répondre en proposant " si l'administration américaine l'autorise, à fournir l'enregistrement de la conversation entre Serguei Lavrov et Donald Trump au Congrès et Sénat américains.

Les ennuis s'accumulent pour Donald Trump. A ceci s'ajoute aussi "une possible collusion entre Moscou et des membres de l'équipe de campagne du président américain".

"J'attends avec impatience que cette affaire se termine rapidement".

Avant son investiture, Donald Trump avait dévoilé un plan qui consistait à abandonner les fonctions qu'il occupait dans des centaines de sociétés et à placer ses actifs dans un trust, géré par deux de ses fils et un conseiller de longue date.

Depuis le renvoi de James Comey, l'opposition démocrate réclamait la nomination d'un procureur spécial, plus indépendant du pouvoir, pour superviser l'enquête en cours du FBI.

Robert Mueller, qui a 72 ans, a été Marine pendant la guerre du Vietnam. Et il est désormais en prime soupçonné d'avoir tenté de mettre fin à une enquête du FBI.

Les élus attendent le témoignage de James Comey, qui s'annonce comme déterminant pour l'avenir de la présidence Trump.

"En tant que président, j'ai souhaité partager avec la Russie (lors d'une rencontre prévue de manière ouverte à la Maison Blanche), ce que j'ai absolument le droit de faire, des faits qui ont trait au terrorisme et à la sécurité des vols de compagnies aériennes".

Le président des Etats-Unis a d'abord limogé James Comey de la direction du FBI, prétextant sa gestion de l'affaire des emails d'Hillary Clinton avant d'admettre qu'il avait depuis longtemps décidé de s'en débarrasser. Les médias américains évoquaient pour beaucoup l'impeachment, la procédure qui pourrait mener Donald Trump à la destitution. L'élu de Californie Adam Schiff, le démocrate au rang le plus élevé à la commission du renseignement de la Chambre des représentants, ne cache pas son soulagement.

L'ex-conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn et d'autres conseillers de la campagne de Donald Trump ont été en contact avec des responsables russes et des personnes jugées proches du Kremlin à au moins 18 reprises entre avril et novembre 2016.

Pour le blog américain spécialisé Lawfare, référence aux Etats-Unis notamment sur les questions légales relatives au terrorisme, "il s'agit peut-être de la plus grave accusation de mauvaise conduite présidentielle en quatre mois d'une administration Trump plombée par les scandales".

Compte tenu de ce contexte politiquement explosif, la nomination de Robert Mueller a été largement saluée dans les cercles politiques.

Notícias recomendadas

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.