Trump veut relancer l'effort de paix dans le conflit israélo-palestinien

Le président et la première dame Rivlin saluent le président américain le 22 mai 2017

Le président et la première dame Rivlin saluent le président américain le 22 mai 2017

M. Trump devait se rendre mardi en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël, où il sera reçu par le président palestinien Mahmoud Abbas à Bethléem. M. Bennett et Mme Shaked sont les ardents défenseurs des colonies, qui se trouvent en zone C. Ils sont opposés à la création d'un Etat palestinien indépendante et la délivrance de permis aux Palestiniens en zone C leur fait craindre pour l'avenir des colonies en cas de règlement du conflit.

Le président américain Donald Trump a déclaré à la presse israélienne à Jérusalem qu'il n'avait "jamais mentionné Israël" au cours de sa rencontre avec des dirigeants russes, faisant manifestement référence à sa récente divulgation d'informations confidentielles.

Le président américain Donald Trump s'en est durement pris à l'Iran lundi au premier jour de sa visite en Israël, tout en voyant une "rare opportunité" dans la convergence d'intérêts entre les pays arabes et Israël face à la République islamique et à l'extrémisme. "Le président Trump a aussi salué son "ami" le Premier ministre, Benjamin Netanyahou". Il s'est ensuite adressé directement au président américain: " Monsieur le président, le monde a besoin d'Etats-Unis forts, le Moyen-Orient a besoin d'Etats-Unis forts, Israël a besoin d'Etats-Unis forts, mais sachez aussi que les Etats-Unis ont besoin d'un Israël fort!

M. Trump a promis pendant sa campagne électorale de déménager l'ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem et de reconnaître Jérusalem capitale d'Israël, rompant avec la diplomatie historique des Etats-Unis et le consensus observé par la communauté internationale du fait du statut disputé de la ville. Les dernières négociations de paix, sous les auspices des Etats-Unis, ont capoté en 2014.

Ultérieurement, lors d'un entretien avec Benjamin Netanyahu, Donald Trump a fait état d'une influence croissante de l'Iran dans les conflits en Syrie, au Yémen et en Irak, soit via son soutien à des combattants chiites soit via l'envoi de ses propres troupes.

Les intentions de M. Trump semblent aussi peu claires aux Israéliens qu'aux Palestiniens.

Cependant le scepticisme est de mise, avec un Premier ministre israélien soumis aux pressions de sa droite, un président palestinien vieillissant et entravé par les divisions intestines et un président américain en pleine tempête politique à Washington. Sur le tarmac de l'aéroport de Tel-Aviv (Israël) où son avion a atterri peu avant 12h30 (11h30 en France), lundi 22 mai, en provenance d'Arabie saoudite, Donald Trump a prononcé quelques mots à l'adresse du peuple israélien. Mais nous ne pouvons y arriver qu'en travaillant ensemble.

Aussitôt arrivé à bord du premier vol direct entre l'Arabie Saoudite et Israël, M. Trump a exalté les "liens indestructibles" entre Israël et les Etats-Unis. "Il n'y a pas d'autre solution", a-t-il averti.

D'où vient cette confiance de l'administration Trump dans la possibilité de relancer un processus au point mort depuis des années? "C'est l'environnement, les circonstances dans la région tout entière, c'est ce que le président essaie de mettre en avant durant ce voyage", a répondu M. Tillerson. "Je pense que cela crée une dynamique différente".

Notícias recomendadas

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.