Des lycéens racontent la galère du système d'admission post-bac

Admission post-bac: un énorme gâchis selon la ministre de l'Enseignement supérieur

Admission post-bac: un énorme gâchis selon la ministre de l'Enseignement supérieur

L'attente commence à être longue, pour plusieurs milliers de lycéens qui n'ont toujours pas été affectés dans une université à la rentrée. "C'est un énorme gâchis: 150 000 étudiants supplémentaires ont été admis sur le système d'admission post-bac", a estimé sur France Inter Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur. Selon Frédérique Vidal, la situation est un "énorme gâchis" et il n'est "absolument pas normal" que l'orientation de lycéens dépende d'un système informatique.

"L'objectif que je me suis fixé et que nous nous sommes fixés collectivement" est que tous les bacheliers qui le souhaitent trouvent une affectation en université, a-t-elle affirmé. "A partir du 18 juillet, le système va changer. Il reste 200.000 places disponibles dans l'enseignement supérieur et cette fois-ci les étudiants vont avoir à se positionner sur des places dont on sait qu'elles sont libres", a-t-elle ajouté.

"On est en train de travailler avec les présidents d'université et avec les rectorats pour voir si on peut augmenter le nombre de places qui seront offertes aux étudiants à la rentrée 2017", a tenté de rassurer Frédérique Vidal. Quand les demandes sont supérieures aux capacités d'accueil, les élèves sont tirés au sort.

Le premier round de discussions qui débute lundi après-midi vise à trouver des solutions pour réduire l'échec à l'université (seulement 40% d'étudiants bouclent leur licence en trois ou quatre années) et à mettre fin au tirage au sort à l'entrée, un système "injuste et qui démotive les élèves", selon Christophe Castaner. "Il faut qu'on soit en capacité de donner une réelle information aux étudiants, y compris sur leur probabilité de réussir", a estimé la ministre lundi matin.

Les facs françaises doivent accueillir chaque année quelque 40.000 étudiants supplémentaires, une hausse démographique observée depuis deux ans et qui devrait perdurer jusqu'en 2022.

Cette année, se sont également ajoutés aux néo-bacheliers les étudiants en réorientation, mis sur un pied d'égalité par rapport aux jeunes ayant obtenu leur bac.

Cible de toutes les critiques: la plateforme informatique d'admission post-bac (APB).

Notícias recomendadas

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.