Bruno Le Maire menace Rome de nationaliser le chantier — STX

STX: Paris veut un partage à 50-50 entre Fincantieri et actionnaires français, Rome refuse

STX: Paris veut un partage à 50-50 entre Fincantieri et actionnaires français, Rome refuse

En raison des tensions avec Paris autour de la prise de contrôle de STX France, le titre Fincantieri chutait de 10,29% à 0,942 euro mercredi vers 08H10 GMT à la Bourse de Milan, dans un marché en petite hausse.

"La base participative qui avait été envisagée par le précédent gouvernement ne garantissait pas suffisamment les intérêts stratégiques des chantiers navals de Saint-Nazaire", a justifié mardi Bruno Le Maire."Pour sécuriser l'avenir de STX, nous pensons que le mieux est d'avoir un partage 50-50: 50 pour Fincantieri et 50 pour les détenteurs français du capital", avait déclaré la veille Bruno Le Maire lors d'une audition devant la commission des affaires économiques du Sénat.

Le gouvernement italien a rejeté ce mardi une proposition française portant sur le partage à parts égales entre les deux pays du capital des chantiers navals STX France, Rome voulant que le groupe italien Fincantieri, détenu par l'État, détienne une majorité des parts et contrôle le conseil, a dit une source proche du Trésor. "Si elle ne l'est pas, nous devrons en tirer toutes les conséquences et cela se jouera avant la fin de cette semaine", a-t-il prévenu, alors que le droit de préemption de l'Etat français sur l'ensemble du capital de STX Group expire le 29 juillet.

Le gouvernement français veut éviter une mainmise de Fincantieri sur le fleuron français de la construction navale.

"La réponse du gouvernement italien à la proposition de 50-50 est non". "Si jamais nos amis italiens nous disent 'Cette proposition ne nous va pas', l'Etat français exercera son droit de préemption sur STX France pour que nous puissions rouvrir le dossier", a indiqué le ministre.

"Le gouvernement français a changé les cartes. Il y avait un accord qui a été signé", a déclaré une source ministérielle italienne. " La ligne rouge c'est, au minimum, une participation légèrement majoritaire et un contrôle du conseil". En outre, le directeur général de Fincantieri a annoncé à l'agence Reuters n'avoir "pas besoin de STX à tout prix", même s'il indiquait quelques minutes plus tard rester "confiant" sur la possibilité d'un accord.

"Cette proposition a été transmise aux autorités italiennes" par le président Emmanuel Macron, avec une proposition de coopération accrue entre Paris et Rome "dans le domaine du naval militaire", où les "perspectives de coopération" sont "très importantes", a poursuivi Bruno Le Maire.

Notícias recomendadas

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.