L'auteur de l'attentat de Barcelone toujours pas identifié

Le journal espagnol ABC a signalé que bien qu'un mandat ait été délivré pour son arrestation par des allégations d'abus domestiques, la police ne l'a pas soupçonné d'une activité jihadiste. El País a déclaré qu'il avait passé du temps en prison à Figueres, en Catalogne, et qu'il avait été libéré en 2012.Les agents de lutte contre le terrorisme ont déclaré qu'il avait été à Madrid plus tôt cette année, ajoutant qu'ils enquêtaient sur ses lieux de vie et ses fréquentations dans la capitale espagnole.

Recherché par toutes les polices du pays: Younès Abouyaaqoub, un Marocain de 22 ans dont la photo a été diffusée.

Alcanar, l'épicentre des attaques frappant la. La police pense que deux d'entre elles pourraient avoir trouvé la mort dans l'incendie d'une maison à Alcanar (sud de Barcelone), où le groupe confectionnait des engins explosifs.

Trois autres personnes également impliquées sont identifiées, mais n'ont pas été arrêtées.

Deux autres suspects ont, comme Driss Oukabir, été arrêtés à Ripoll, non loin de la frontière française.

La police a par ailleurs arrêté suspects âgés de 21 à 34 ans, en lien avec les deux attaques de Catalogne: trois Marocains et un Espagnol de Melilla, enclave espagnole au Maroc, a indiqué Josep Lluis Trapero, le chef de la police catalane. Parmi eux, se trouvait Moussa Oukabir, âgé de 17 ans, et principal suspect de l'attaque.

"Ils ne montraient aucun signe de radicalisation".

Le gouvernement a cependant décidé de maintenir le niveau d'alerte terroriste à 4, appliqué depuis un attentat sanglant en Tunisie juin 2015.

La décision dépend d'une "commission d'évaluation de la menace" présidée par le ministre de l'Intérieur et composée de hauts responsables de la police et des services de renseignement.

Les autorités étaient toujours en train de recenser les victimes de l'attentat de Barcelone, qui a fait au moins 13 morts et une centaine de blessés sur les célèbres Ramblas bondées de touristes, lorsque l'alerte à été donnée à Cambrils peu après minuit. Le bilan de l'attaque s'élève à huit morts et près d'une cinquantaine de blessés. Au milieu des fleurs et des peluches déposées parmi d'innombrables bougies, une pancarte résume: "Les Ramblas pleurent mais sont vivantes".

Notícias recomendadas

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.