Palestine Le Hamas prêt à se réconcilier avec le Fatah

Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas

Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas

Le Hamas a annoncé dimanche dans un communiqué être prêt à discuter de la formation d'un gouvernement de réconciliation avec ses rivaux du Fatah et à organiser des élections générales.

Il n'était pas encore clair dimanche dans quelle mesure cette offre du Hamas allait permettre de rapprocher les deux rivaux.

Le Hamas avait créé en mars ce "comité administratif" formé de sept hauts responsables du mouvement.

Cet organe est perçu par le président Abbas comme un gouvernement parallèle entravant la réconciliation et l'unité interpalestinienne, ce que le parti islamiste a toujours nié.

L'annonce du Hamas intervient quelques jours après une visite au Caire de son chef, Ismaïl Haniyeh, premier déplacement du leader du Hamas en Egypte depuis son élection en mai.

Depuis la création de ce comité, le président Abbas s'est efforcé d'affaiblir le Hamas et, dans cette épreuve de force, il a notamment bloqué ces derniers mois les versements de la facture de l'électricité fournie par Israël à Gaza, qu'il réglait jusque-là.

En réponse au Hamas, un dirigeant du Fatah, Azzam al-Ahmad, a évoqué une prochaine réunion entre les deux partis suivie d'une rencontre élargie aux autres factions palestiniennes, dans l'optique de discuter d'un document sur la réconciliation.

L'Autorité palestinienne a son siège à Ramallah, en Cisjordanie, un territoire occupé par Israël depuis 50 ans et séparé géographiquement de Gaza par le territoire israélien. Mais d'une victoire à la Pyrrhus puisqu'il a, pour faire céder le Hamas, exercé ces dernières semaines d'énormes pressions financières sur la bande de Gaza.

Ce blocus se double d'une fermeture quasi permanente par l'Egypte de sa frontière avec la bande de Gaza depuis 2013. Aux portes du désert, l'enclave souffre d'un manque permanent d'eau et d'électricité et, selon l'ONU, risque de devenir "invivable" d'ici à 2020. Les Gazaouis ne reçoivent ainsi plus que trois ou quatre heures quotidiennes de courant.

Notícias recomendadas

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.