L'armée met en garde le pouvoir — Zimbabwe

Zimbabwe: le chef de l'armée menace le parti de Mugabe

Zimbabwe: le chef de l'armée menace le parti de Mugabe

D'un côté les inconditionnels du président Robert Mugabe, et de l'autre, les alliés du vice-président Emmerson Mnangagwa.

Un témoin de Reuters a vu deux chars stationnés le long de la route de Chinhoyi, à environ 20 km de Harare.

La semaine dernière, M. Mugabe a licencié son vice-président, Emmerson Mnangagwa, l'accusant de planifier sa montée au pouvoir, notamment par la sorcellerie.

Bien qu'il soit habituel pour des véhicules de l'armée d'occuper cette route, le moment choisi a fait monter d'un cran les tensions dans ce pays du sud de l'Afrique qui, pour la première fois, voit une scission entre l'armée et le président âgé de 93 ans.

"La purge actuelle qui vise clairement les membres du parti qui ont été engagés dans la guerre d'indépendance doit cesser immédiatement", avait martelé le général Constantino Chiwenga en lisant le communiqué devant la presse réunie au quartier général de l'armée, dans une déclaration particulièrement forte en présence de plusieurs dizaines de hauts gradés.

Ce départ forcé d'un des lieutenants de Robert Mugabe a fait éclater au grand jour les rivalités au sein du parti présidentiel, la ZANU-PF, au pouvoir depuis l'indépendance en 1980.

Notícias recomendadas

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.