Inde. Macron mobilise autour de l'énergie solaire

Arrivée en Inde de Brigitte et Emmanuel Macron

Arrivée en Inde de Brigitte et Emmanuel Macron

Ni à demander. Tel a été l'esprit d'Emmanuel Macron lors de la conférence de presse clôturant la visite présidentielle de trois jours en Inde, lundi 12 mars. La très compétitive industrie aérienne de ce pays de 1,25 milliard d'habitants a connu un boom ces dernières années, portée par l'émergence d'une classe moyenne qui voyage davantage. Ce geste s'inscrit dans la promotion de l'énergie solaire au cours de la visite de M. Macron en Inde, et survient au lendemain du sommet fondateur de l'Alliance solaire internationale qu'il a coprésidé.

Emmanuel Macron est tombé sous le charme de ce lieu "absolument magnifique". Ce mausolée "dit beaucoup de l'âme humaine, des grandes douleurs, d'une civilisation qui s'est déployée de l'Inde à la Mongolie, de la Chine à la Turquie", a déclaré le président de la République. Le site était désert, magnifié par une rasante lumière dorée de fin d'après-midi.

"La force de l'Inde tient et tiendra dans sa capacité à marier ses religions et ses civilisations", a tenu à souligner Emmanuel Macron devant le monument. Ce taux de croissance en fait un des pays émergents les plus avancés.

"Vous prenez le Taj Mahal dans la figure, on est totalement impressionné", s'est enthousiasmée Brigitte Macron. Ça m'inspire aujourd'hui. C'est une certaine idée du beau et de la perfection. Des pays sur lesquels mise l'ASI pour accroître la production d'énergie solaire en mobilisant les financements nécessaires, notamment en faveur des pays pauvres. Épaule contre épaule, écharpe safran autour du cou, les deux dirigeants ont inauguré en début de journée une centrale de panneaux photovoltaïques de 100 MW à Mirzapur, à 50 kilomètres à l'ouest de Varanasi, construite par le groupe français Engie.

En lançant l'Alliance solaire, Paris et New Delhi se présentent en pointe de la lutte contre le réchauffement climatique, en particulier après l'annonce du retrait des États-Unis de Donald Trump de l'accord de Paris de 2015.

Cette nouvelle organisation internationale vise à accélérer le déploiement de l'énergie solaire dans les 121 pays à fort ensoleillement, situés entre les tropiques du Cancer et du Capricorne. Elle ambitionne de mobiliser 1000 milliards de dollars d'ici 2030 aussi bien auprès d'investisseurs publics que privés afin de produire un térawatt d'électricité solaire. "En plus ça fait un peu touriste, tout le monde va au Taj Mahal, ce n'est pas vraiment du niveau d'un président", s'inquiétait à Paris un proche du Président, cité par Le Monde. "Ça ne s'arrêtera ni demain, ni après-demain, ni dans les trois prochains mois", a-t-il précisé.

Notícias recomendadas

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.